ORPHEE ET EURYDICE


 

Après un « Didon et Enée » qu’il avait submergé sous les eaux vaporeuses et mélancoliques d’une Carthage en ruine, Denis Chabroullet s’empare du mythe d’Orphée, avec ce regard à la fois tendre et sulfureux qui caractérise son univers théâtral : exploration des matières, énergie des corps, machineries infernales, ses outils sont affûtés pour accompagner le voyage d’Orphée à travers les enfers. 

Un opéra dans toute sa dimension spectaculaire, mais sans fosse d’orchestre.

Un théâtre du chant et de l’imaginaire, avec ses apparitions et ses disparitions, ses poulies et ses trappes, où la confusion des sentiments nous fait osciller entre l’ivresse d’un amour fou qui hésite à se réaliser, et la puissance sulfureuse des ténèbres qui s’infuse chaque jour dans les interstices de notre monde réel.

Opéra de Christophe Willibald Gluck (Version italienne de Vienne -1762-)

SURTITREE EN FRANCAIS

Livret Ranieri de’ Calzabigi

 

Mise en scène : Denis Chabroullet

Direction musicale : Jean-Marie Puissant

Assistante à la mise en scène : Cécile Maquet

Chorégraphie : Antonio Cabrita et Sao Castro

Scénographie : Denis Chabroullet

Décors :Thierry Grasset

Lumières  : Franck Rondepierre

Vidéo et régie : Morgane Viroli
Masques : Kinga Sagi

Poupées : Aline Bordereau

Accessoires : Pauline Lefeuvre

Costumes : Roseline Bonnet des Tuves, Marie-Christine Rivière, Monique Dufay, Joëlle Maquet, Alice Rochette et Martha Lebars.

Stagiaire : Florian Beau

 

Distribution :

(Orphée) Théophile Alexandre, contre-ténor

(Eurydice), Anaïs Frager, soprano

(Amour) Roseline Bonnet des Tuves, soprano

Quatuor vocal :
Soprano : Cécile Côte -  Mezzo-soprano : Mayuko Karasawa -Ténor  : Dominique Ploteau -  Baryton :Thill Mantero

Danseuses : Ester Gonçalves et Alexane Albert

Manipulation : Thierry Grasset, Cécile Maquet et Alice Rochette

Direction d’orchestre : Jean-Marie Puissant

Ensemble : « Les Muses Galantes » : Céline Langlet (flûte traversière), Timothée Oudinot (hautbois), Nina Daigremont (cor), Aurélie Gallois (violon), Sophie Dutoit (alto), Louise Audubert (violoncelle), François de Maubus (harpe) et Baptiste Reboul (contrebasse).

Orchestration : David Walter

 

Une production des Productions de la Mezzanine

Co-production : Théâtre Sénart (Lieusaint)

Théâtre Luxembourg Meaux (Seine-et-Marne)

Co-réalisation : Teatro Viriato de Viseu (Portugal)

Avec le soutien de :

Aide à la création du Conseil Départemental de Seine-et-Marne

Région Ile-de-France

ADAMI et SPEDIDAM

 

 


TOURNEE 2019-2020 /

VENDREDI 29 NOVEMBRE 2019

"Théâtre Luxembourg"

Rue Cormillon 77100 Meaux

Tél. 01 83 69 04 44 

Plus d'infos : Théâtre Luxembourg

 

DU 9 AU 22 JANVIER 2020

« La Marge » (en co-réalisation avec le Théâtre-Sénart)

Jeudi 9 - samedi 11 - vendredi 17 - samedi 18 - mardi 21 et mercredi 22 janvier à 20H30

Dimanche 12 janvier à  16H00 

Tarifs : 20 €/réduit 17 €

Réservations, Renseignements 

 

SAMEDI 1er FEVRIER à 20H30
"L’Orange Bleue" - Eaubonne 

7, rue Jan Mermoz 95600 Eaubonne

tel : 01 34 27 71 20

Plus d'infos : www.eaubonne.fr

 

 

VENDREDI  29 MAI à 20H30

Espace Lino Ventura - Garges 

Avenue du Général de Gaulle 95140 Garges

tel : 01 34 53 31 00

Plus d'infos : espace-lino-ventura

 

 


LE NEGRE VOLANT


Major Taylor dit "le Nègre Volant", est l’icône d’un combat qui résonne étrangement par son principe de réalité universelle, qu’elle soit d’hier ou d’aujourd’hui. Mais peut-être, aujourd’hui plus qu’hier, avons-nous besoin d’entendre une histoire d’homme qui nous fait espérer une humanité plus juste.

TOURNEE  2020 :

HORS LES MURS 

MARDI 25 FEVRIER à 15H30/ LYCEE JOLIOT CURIE DE DAMMARIES-LES-LYS

JEUDI 27 FEVRIER à 10H00 ET 15H00 / LYCEE SONIA DELAUNAY DE VERT-ST-DENIS

VENDREDI 28 FEVRIER à 14H03 /LYCEE LA MARE-CARREE MOISSY-CRAMAYEL

 


Un spectacle des Productions de la Mezzanine

Avec Carine Jiya.

Texte et mise en scène Denis Chabroullet

Bande son Roselyne Bonnet des Tuves

Assistante Cécile Maquet

 

Pour raconter le calvaire du champion, Denis Chabroullet a choisi de mettre en jeu Sydney, la fille de Major Taylor.

Le principe de narration intimiste et le jeu très sensible de Carine Jiya, donnent toute sa dimension dramatique au portrait de Taylor.

Avec une énergie sublimée, elle nous emporte à l’aube d’un siècle où la vitesse était l’apanage du vélo, et où les exploits des pistards suscitaient un engouement populaire inégalé.

Ces champions furent les premières stars mondiales du XXe siècle.

 

 

La comédienne fait l’autopsie d’une époque empoissée de grandeur et de cruauté : aux Etats- Unis, les droits civiques en sont encore à leurs balbutiements et les américains pratiquent la ségrégation raciale dans tous les aspects de la vie quotidienne. Que dire alors des afro-américains luttant pour exister dans le sport ou encore la culture ?

" Un noir peut faire de la bicyclette, mais moins vite qu’un blanc ! Sinon..."

 

EXTRAITS DE PRESSE

« Le Nègre Volant »

« Un portrait dʼune effroyable vérité, porté par une comédienne magnifique. Bien après le spectacle, le public reste longtemps immergé dans cette amérique blanche et bien pensante, dans la fureur des sons et des hourras dʼun peuple multicolore, portant son champion aux portes dʼun paradis bien éphémère. Une histoire étrangement résonnante dans le monde dʼaujourdʼhui » evene.fr

« A travers la vie de ce champion méconnu, nous traversons une époque impitoyable pour toute une partie de lʼhumanité, et malgré cela, la beauté de Major Taylor, son charisme, son combat sportif nous fait encore croire quʼun monde débarrassé des scories racistes dʼun autre temps est encore possible. Le texte de Denis Chabroullet est porté admirablement par Carine Jyia qui en parcours tous les méandres et la poésie avec un enthousiasme communicatif. » le souffleur.

« Transporté dans les vélodromes et les bords de route dʼune amérique raciste, le public assiste subjugué, au combat du premier champion noir américain pour exprimer son art. Le texte, la bande son, le jeu de la comédienne participent dʼune seule voix à ce moment de théâtre subtile et engagé. Une belle réussite ! » La Cityradio

« Mon père est mort ! » Un album photos à la main, la comédienne commence à re- tracer la vie du « Nègre Volant » Le jeu poignant de Carine Jiya plonge le public dans un histoire teinté de cruauté. La scène se rétrécit autour de la comédienne qui happe chaque spectateur du regard. Ici, il nʼy a pas de barrière aux émotions. Le public est conquis ! » Le Parisien


Le cyclone noir

Marshall Walter Taylor dit Major Taylor est l’une des figures les plus fascinantes du sport américain : champion du monde de cyclisme sur piste à 20 ans, il a été, à l’aube du XXe siècle, l’homme le plus rapide de la planète.

Mais il n’est pas bon être de peau noire dans l’Amérique du Ku Klux Klan : humilié, exposé au racisme et à la violence de ses compatriotes blancs, il saura, grâce à son intelligence, à sa pugnacité et sa foi, faire ex-ploser les barbelés du Pentagone et devenir “le Nègre Volant“, admiré pour ses prouesses dans le monde entier.

Il fut une véritable star du cyclisme jusqu’en 1905.

Puis commence la lente descente en enfer...
Taylor dit avoir gagné entre 25 000 $ et 30 000 $ par an, à la fin de sa carrière.

Impensable pour un homme de sa condition et de sa couleur de peau, en ce début de siècle !
Au moment de sa mort, il avait tout perdu : mauvais investissements, crise économique, jusqu’au tirage de son auto-biographie à compte d’auteur...

Mais le champion voulait être un exemple pour les jeunes noirs, en les incitants à trouver leur propre voie, même en pleine guerre raciale. Son mariage brisé, il meurt à 53 ans, seul et ruiné, dans le service de charité du Cook County Hospital de Chicago.

Il sera enterré dans une tombe anonyme.

En 1948, un groupe d’anciens coureurs pro, soutenus par les financements de la Schwinn Bicycle Co, le plus gros fabriquant de cycles des USA de l’époque, organiseront l’exhumation et le transfert des restes de Taylor au cimetière de Mount Glenwood près de Chicago.

Aujourd’hui, une association américaine cultive sa mémoire, et un nouvel engouement suscité par son double engagement sportif et humain réhabilite le champion.

Quelques liens :

http://www.memoire-du-cyclisme.eu/palmares/taylor_marshall_walter.php

https://fr.wikipedia.org/wiki/Major_Taylor

http://www.majortaylorassociation.org/


LES RECYCLES DU 7ème CONTINENT



 

Théâtre d'objets, de sons, de bric et de broc,

pour les 7/12 ans et plus!


criture, scénographie et mise en scène: Cécile Maquet
Univers sonores: Olivier Hestin
Composition et bande son: Roseline Bonnet des Tuves
Construction et manipulations: Thierry Grasset
Marionnettes: Aline Bordereau
Construction costume plastique: Pauline Lefeuvre
Lumières: Jérôme Buet
Régie: Cécile Maquet

Avec: Laurent Marconnet et Sandrine Bursztynowicz

Les Productions de la Mezzanine
Co-production : Conseil Départemental de Seine-et-Marne Commune de Lieusaint 

Un homme et une femme au bord de la mer, suite à un pique-nique compliqué avec des ouvertures « faciles difficiles » se retrouvent transportés sur le septième continent où des formes plastiques de toutes sortes s'entassent et s'entrelacent, ballotées au gré des marrées, rejetées, vidées de tout leur sens.

Aux manettes d'une machine à recycler infernale, une nouvelle civilisation composée de petits personnages recyclés réinvente une vie faite de sons, de bric et de broc et embarque nos protagonistes vers d'autres horizons, riches en loufoqueries, ingéniosités et nouvelles créatures.

Destiné aux enfants à partir de 7 ans, ce spectacle évoque la thématique du recyclage, du 7ème continent et du dérèglement climatique en racontant une histoire à partir d'objets, de machines à recycler loufoques et de sons faits de bric et de broc. Dans ce spectacle, la thématique du recyclage est abordée de façon ludique en imaginant une transformation positive de ce que l'on aurait pu détruire à jamais. 


L'installation du Théâtre de la Mezzanine dans l'éco quartier de Lieusaint a donné envie à la compagnie de travailler autour de la problématique des déchets et du recyclage. Plus qu'une problématique, la gestion de nos déchets est un problème.

 

La spirale infernale dans laquelle nous entraine notre monde consumériste, spécialiste des emballages inutiles, du risque zéro, de « l'eau de javellisation » des aliments pour un corps saint et éternel est insupportable.

 

Notre monde emballe et s'emballe : ne sachant que faire de tous ces plastiques protecteurs de produits frais, il crée un septième continent qui se promène au gré des marées sur nos océans perplexes de voir sa faune et sa flore leurrées puis étouffées.

 

Ça, c'est la réalité. Il faut maintenant passer à la fiction, afin de transformer le propos anxiogène en réflexion ludique et constructive. 
L'humour, l'absurde et le jeu sur la transformation des objets est le fil rouge de la construction du spectacle.


L'axe écologique


"Si l'écologie devient, du point de vue des lobbyistes et économistes de tous poils, une pensée utopiste, alors qu'elle soit la bienvenue à la Marge!
[...]

L'urgence n'est plus à démontrer: la terre gronde, l'éco-système marin étouffe sous les plastiques, les glaciers pleurent, le miel se vendra aux enchères dans peu de temps... La liste est longue et nous la connaissons tous. Nous sommes au premier acte d'une tragédie annoncée et nous nous évertuons à mettre la tête dans le sable, palliant au plus urgent, oubliant l'essentiel...
La question écologique devrait être au centre de toutes nos pensées: certes nous avons eu un bel été, nos peaux sont bronzées, nous avons pu rester veiller jusque tard dehors. Nous avons toutefois remarqué que les abeilles ne butinent plus nos fleurs, les chants des oiseaux, de moins en moins polyphoniques, laissent place à moult cris d'alarme que nos dirigeants se refusent à entendre.
Changer de modèle économique semble être une solution inhérente à notre survie de mammifères...
La grosse machine capitaliste a pris trop d'élan, écrasant tout sur son passage. Il paraîtrait pourtant qu'il ne soit pas encore trop tard... Des solutions, il y en aurait plein... "Quand tu te sens tout petit pour changer les choses: enferme toi dans une pièce avec un moustique et tu verras qui empêchera l'autre de dormir!"
Alors, à notre échelle, le "petit pas", est, faute de solutions, le remède à nos angoisses et à notre culpabilité. Il ne peut qu'encourager la prise de conscience de tous, en espérant que nos enfants soient plus intelligents que nous... Chaque reportage, création, action, pensée défendant cette cause sera toujours une pierre sacrée posée sur l'édifice de dame nature.

Les seules armes dont nous disposons sont l'écriture, la musique, le jeu, les "récups" de plastiques que l'on va malaxer, tailler, jusqu'a ce qu'ils prennent un nouveau visage. Aussi bête que cela puisse paraître, ces nouveaux personnages marionnettiques vont nous donner du courage pour croire à nouveau que par la création, un monde meilleur pourrait être possible. Utopie, survie. Mais pas que..." 

Cécile Maquet

Univers sonore

Olivier Hestin en séance d’enregistrement de la B.O
Olivier Hestin en séance d’enregistrement de la B.O