"Amour, Amore !"

Café lyrique autour d'Orphée et Eurydice


La musique sait merveilleusement capter le chaud et le froid de l'amour : désespoir, sensualité, jalousie, haine et mort ; toutes les passions s'effleurent, s'entremêlent dans cette émotion qui nous

lie les uns aux autres.

 

L'amour est bien le cœur palpitant de toutes les musiques : nous nous sommes penchés pour récolter quelques beaux fruits dans les répertoires que nous aimons : Hahn, Chausson, Britten, Debussy, Duparc mais aussi Rameau, Satie, Offenbach... et Mozart.

 

 

 

Les Productions de la Mezzanine ont préparé cette soirée au goût parfumé, en prélude de leur prochaine création "Orphée et Eurydice" (Opéra de Gluck)

Avec : Dania El Zein (Soprano)

    Mayuko Karasawa (Soprano)

    Thill Mantero (Baryton)

 

Au piano : Helen Parrott

Mis en espace : Cécile Maquet

Lumières : Eric Boey

  SAMEDI 25 MAI A 20h30 LA MARGE

  37 AVENUE PIERRE POINT -77 127- LIEUSAINT

LES PARCOURS ARTISTIQUES

Dania El Zein

 

 

Remarquée pour sa musicalité, son attention au texte et son timbre "clair et naturel", Dania El Zein est titulaire du Diplôme Supérieur de Concertiste de l'Ecole Normale de Musique de Paris dans la classe de Daniel Ottevaere.

 

Elle a obtenu ses masters de chant et de musique de chambre au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris à l'unanimité auprès d'Alain Buet, Claire Desert, Anne Le Bozec, Jeff Cohen, Susan Manoff, Olivier Reboul, Vincent Vittoz, Emmanuelle Cordoliani, Blandine Rannou, Kenneth Weiss, Charlotte Bonneu...

 

Elle travaille également avec Emmanuelle Haïm, Jean-Paul Fouchécourt, Chantal Mathias et Margreet Hönig, lors de master classes.

 

Dania a effectué un ERASMUS à Leipzig dans le classe de Regina Werner lors du semestre d'hiver 2015 afin d'approfondir ses connaissances du répertoire allemand et de la langue.

 

Depuis 2017, elle fait partie de l'atelier lyrique Opera Fuoco sous la direction de D Stern et a intégré la prestigieuse Chapelle Reine Elisabeth dans la classe de J van Dam.

 

Dania est titulaire du Diplôme d'Etat.

 

Désireuse de partager sa passion, elle se produit dans des salles prestigieuses:Philharmonie de Paris, Salle Gaveau avec l'Orchestre Romantique Européen, théâtre du Châlet, Salle Cortot, Château de Versailles, Musée du Louvre, Cathédrale Saint Louis des Invalides, Château de la Renaissance, la Sorbonne... avec des artistes de renom tels que V Gens, JC Magloire, N Riveng, D Stern, JF Heisser, G Dangain (Festival de Nantua), M Piketti (Festival de Mirecourt), l'Ensemble Correspondances, les Folies Françoises (Abbaye de Noirlay, Festival Contrepoint 62), l'Ensemble Amarillis, l'ensemble la Rêveuse, l'Ensemble Variance (Festival Arabesques Elbphilharmanie de Hambourg), A Buet, O Gaillard, A Piquion, le Palais Royal, M Gester, E Astoul, JB Lhermelin, l'Envolée lyrique (Avignon OFF), la Réjouissance (Sicile), le Palais des Songes (Festival des Jeunes Talents)...

 

Sur scène elle incarne Mme Herz dans le Schauspieldirektor de Mozart à la Salle Ravel avec Opera Fuoco, Lesbina dans Il Filosofo di Campagna de Galuppi, la Seconde Woman et le Seconde Witch dans Didon et Enée de Purcell au Théâtre des Champs-Elysées, Juliette dans die tote Stadt de l'auditorium de Radio France, Zelmira dans Armida de Haydyn en Croatie et en Slovénie avec l'ensemble Purpur, Ardélis dans la Carmélite de Renaldo Hahn (mis en scène E Corddoliani), Daphné dans Nausicaa du même compositeur, le marchand de sable et de rossée (mise en scène M Larroche), Blonde, Ophélie, Sophie, Olympia, Marie... Elle est Daphné et Eurydice dans la création de Graciane Finzi: les Métamorphôsis.

 

Au delà du répertoire, Dania affectionne particulièrement la musique baroque (Moulinié, Du Mont, Couperin, Brossard, Campra, Montéclair, Purcell, Scarlatti...) ainsi que l'oratorio et le répertoire de la mélodie et du Lied jusqu'à l'époque contemporaine (Hersant, Finzi, Arengto, Aboulker...). Et en parallèle de ses récitals de musique de chambre, elle a ainsi chanté dans de nombreuses cantates de Montéclair à Bach et a récemment été soliste dans le Requiem de Mozart à la Sorbonne sous la direction de V Barthe et de J.P Sarcos.

Le Duo Arya créé avec la pianiste Agnès Graziona a remporté le 2ème Prix de la Mélodie Contemporaine au Concours International de l'interprétation de la Mélodie française de Toulouse.

 

Elle est lauréate de la Fondation Zaleski, des Fonds de Tarrazi ainsi que de la Fondation de France et a aussi obtenu la bourse des Projets d'Artistes de l'Académie de Val d'Isère.

 

En 2016, elle a obtenu le prix de la musique contemporaine, le prix du jeune talent féminin ainsi que le prix de l'orchestre et des techniciens au Concours International de Chant de Mâcon et a été lauréate du Concours International de Chant ENESCO.

En 2017, elle remporte le 3ème Prix au Concours International de Chant Baroque de Froville.

Dania est demi-finaliste du Concours Reine Elisabeth 2018.

 

Musicienne curieuse, Dania aime mêler les arts. Elle a d'ailleurs participé à plusieurs concert-lecture avec l'écrivain Marie Darrieussecq (festival littéraire Tandem à Nervers, Maison de la Poésie à Paris) ainsi qu'à des récitals autour des écrits d'E Dickinson mis en musique par des compositeurs américains en collaboration avec la comédienne Judith Henry au Festival et à Paris. 

 

Passionnée par la littérature et l'équitation qu'elle pratique depuis son plus jeune âge, cette jeune soprano élabore un SPECTACLE LYRICO-EQUESTRE qui mariaient l'art du chant, de la musique à celui du cheval proche de la danse. Dans ce sens, elle fait partie de la Compagnie de l'Oiseleur et à déjà participé à un spectacle équestre au Haras de Bory. Il est possible de l'entendre dans le volume 2 des Chevauchées lyriques. Elle multiplie les rencontres afin d'inviter d'autres passionnés à la rejoindre dans ce projet ambitieux et enrichissant.

 

Cet été, Dania incarna Marie dans la Fille du Régiment au Festival Eva, Ganizate et se produira dans un récital baroque lors des Estivalles de Wissant. Elle participera aux Sérénades royales du Château de Versailles.

Mayuko KARASAWA

 

Artiste lyrique, mezzo-soprano

 

Après avoir obtenu un Premier Prix au Kobe College au Japon, Mayuko Karasawa se perfectionne au CNSM de Paris auprès de Rachel Yakar, William Christie, Emmanuelle Haïm, Kenneth Weiss et Peggy Bouveret. Elle se spécialise ensuite en musique ancienne au CNR de Paris .

 

Pendant ses études, elle participe à l’Académie Européenne de musique d’Aix-en-Provence dans la production de Don Giovanni dirigé par Daniel Harding et fait ses débuts en incarnant Minerve dans Thésée de Lully avec l’Académie Baroque Européenne d’Ambronay,sous la direction de William Christie, au Barbican Center de Londres, au Grand Théâtre de Genève, au Palais des Beaux Arts de Bruxelles et à la Cité de la Musique de Paris.

 

Très vite remarquée, elle est invitée par le Théâtre de Poissy pour trois productions : Vespro della Beata Virgine de Monteverdi avec l’ensemble L’Arpeggiata dirigé par Christina Pluhar, Dido and Aeneas (Belinda) de Purcell avec Il Complesso Barocco dirigé par Alan Curtis, ainsi qu’un concert autour de Marie-Antoinette aux côtés de Céline Frisch. Elle a collaboré également avec l’ensemble Cappella Genevensis autour de productions telles que The Fairy Queen de Purcell au Théâtre de Carouge à Genève, Les Indes Galantes de Rameau (Hébé, Fatime, Zima) à Paris et à Genève.

 

Mayuko Karasawa poursuit sa carrière de soprano-léger dans des rôles tels que Le Feu,La Princesse et Le Rossignol dans L’Enfant et les sortilèges à Tubingen, Blonde dans Die Entführung aus dem Serail au Festival Théâtre Musical Touraine, Yniold dans Pelléas et Mélisande ainsi que Bastienne dans Bastien und Bastienne au Théâtre de Vannes, Despina dans Cosi Fan Tutte au Créneaux Festival du Château de Suscinio, Zerlina dans Don Giovanni à Nagoya au Japon, Adina dans L’Elisir d’Amore ainsi que Giulietta dans I Capuletti e i Montecchi de Bellini aux côtés d’Antoine Palloc, Onoria dans Ezio de Gluck sous la direction d’Alan Curtis au Theater an der Wien dont l’enregistrement est paru chez Virgin classics et La Folie dans Platée de Rameau à Tokyo.

 

Par ailleurs, elle s’intéresse à la musique contemporaine,chantant notamment le rôle principal dans la création mondiale de Reijiro Koroku, The Time of the Gold sous la direction de Rei Nakanishi au Nippon Budôkan. Elle affectionne aussi particulièrement la musique sacrée et a déjà interprété plusieurs des œuvres les plus emblématiques de ce répertoire : la Passion selon Saint-Jean de J.S. Bach, les Magnificat de J.S. Bach et C.P.E. Bach ou le Requiem de Fauré.

 

Ayant travaillé sous la direction de metteurs en scène tels que Marcel Maréchal, Peter Brook, Ezio Toffolutti, Mayuko Karasawa se passionne pour le travail théâtral. Elle a récemment incarné la reine Marie-Antoinette dans plus de 50 représentations de Eden Place mis en scène par Denis Chabroullet. Créé en 2012 au Festival Cultura Nova de Heerlen (Pays-Bas), ce spectacle valorise le répertoire vocal du XVIIIe siècle, de Gluck à Mozart en passant par Albanèse, martini et Grétry.

 

Depuis 2013 suite à l'évolution naturelle de sa voix, elle aborde  le répertoire de mezzo-soprano et interprête les rôle de Sesto et Cherubino de Mozart, Isabella, Rosina et Cenerentola de Rossini, Carmen, Urbain des Huguenots de Meyerbeer, Dinah de Trouble in Tahiti de Bernstein et Sesto de Giulio Cesare ou Ruggiero d’Alcina de Handel. En mai 2013 elle a fait un grand succès avec des airs de Carmen au Festival International de la Folle Journée au Japon, en juin dans un récital aux Jardins des Pagodes à Paris, en novembre au Festival International Hokutopia à Tokyo dans un répertoire contemporain : Berio, Jolivet et Nishimura et en décembre dans le rôle de Casta de La Verbena de la Paloma de Breton ainsi que Un rêve de carnaval de Pécou à l’opéra de Reims.En janvier 2014, elle vient de triompher dans le concert-spectacle,intitulé «Récital..Récital?» au théâtre Le Ranelagh qui est l’objet de la reprise en saison 2014-2015.

 

Elle a obtenu le Grand Prix de l’année de la Musiaue 2003 "Début of the Year" décerné par la revue musicale japonaise "Mostly Classic". Elle est aussi lauréate de 33ème Grand Prix de musique "Bleumail". En 2010, elle a été primée dans la catégorie Projets d’Artistes au Concours International Musique & Académie des Cimes de Val d’Isère.

 

Mayuko Karasawa se produit régulièrement en récital aussi bien en France qu’au Japon aux côtés d’artistes tels que Dalton Baldwin, Antoine Palloc, Ophélie Gaillard ou Kenneth Weiss.

 

Sa discographie comprend trois disques solo de mélodies françaises « Antoinette » et japonaises « Dear Futur » chez Decca-Universal Music, ainsi qu’un enregistrement « L’Art de Marie-Antoinette », paru chez Fontec. Elle vient également d’enregistrer avec l’Orchestre Philharmonique du Japon « Kodomonokuni », un album de chansons japonaises pour enfants.

 

Thill Mantero

 

 

Il découvre la musique dès son plus jeune âge grâce à un père italien chef d'orchestre et compositeur. C'est par l'étude du violon que sa vocation de musicien naîtra dès l'âge de 6 ans. En 1993, âgé alors de 15 ans, il part étudier en Angleterre, où grâce à l'enthousiasme de son professeur de musique, il s'adonnera pleinement à sa passion donnant jusqu'à cinquante concerts par an comme premier violon de l'orchestre et du quatuor de son école.

 

Jeune artiste aux goûts hétéroclites, il aime également le jazz et le rock et intègre plusieurs groupes dans lesquels il joue de la batterie ou du saxophone.

 

C'est à 17 ans qu'il s'orientera définitivement vers le chant. Grâce à l'art lyrique, il peut enfin mettre en pratique une autre de ses passions : le théâtre et surtout le jeu d'acteur. Mozart, Donizetti, Puccini et Britten sont ses compositeurs d'opéra de prédilection. Il affectionne aussi particulièrement la musique de chambre dont les œuvres de Poulenc, Schumann et Vaughan-Williams.

 

En 1997 il entre au Trinity College of Music à Londres tout en suivant parallèlement des cours d'art dramatique. Il chante alors dans de nombreuses productions lyriques comme Agrippina de Handel, Beatrice Cenci de Goldschmit ou encore Vanessa de Barber.

 

À 23 ans, il décide de partir aux Etats-Unis et travaille au Castillo Theatre de New York dans le but de découvrir les mécanismes de la production théâtrale.

 

De retour à Paris, il obtient son Diplôme d'Etudes Musicales dans la classe de chant de Micaëla Etcheverry en juin 2005. Après avoir interprété le rôle du médecin dans la production du musée d'Orsay de Pelléas et Mélisande en septembre 2005 à l'opéra de Vichy, il incarne le Comte d'Almaviva dans la production de Station Opéra des Noces de Figaro en novembre 2005 à Paris.

 

En 2006, Thill chantera le rôle de Moralès dans la production de Baugé Opéra de Carmen de Bizet, à nouveau le Medecin et le Berger dans la production du Musée d'Orsay de Pelléas et Mélisande, cette fois-ci à l'auditorium du musée et Guglielmo dans la production d'Opéra pour Tous de Cosi fan Tutte de Mozart.


ÉVÈNEMENTS SPORT THÉÂTRE ET CINÉMA


Du 15 au 18 avril 2019 à "La Marge" avec les Productions de la Mezzanine

AVEC LES PUBLICS SCOLAIRES 

(dans le cadre du CREAC - Région Île-de-France et de la résidence des productions de la Mezzanine en milieu scolaire - DRAC Île-de-France)

 

DIFFUSIONS LES 15 ET 17 AVRIL À 10H00

 

 

Le printemps des coureuses 

Le petit "Tour de France" du Rwanda et

Marabout bout d'ficelle

 

 

Documentaires de Denis Chabroullet (entrée libre sur réservation)

-> Le printemps des coureuses

 

A travers le portrait de jeunes cyclistes du continent africain,

Denis Chabroullet raconte une histoire universelle, celle des femmes qui se battent pour vivre simplement leur passion.

 

Il suit en parallèle le périple du

club cycliste de Courcouronnes

"Donnons des Elles au vélo".

 

Pour toutes ces femmes, le sport est un formidable outil de transgression qui se

joue au-delà les continents et les cultures ; un formidable message de liberté !

Documentaire de Denis Chabroullet - Productions du Dérailleur/Productions de la Mezzanine (2008 - 55 minutes couleur)

 

-> Le petit "tour de France" d'Afrique

 

Vingt-cinq ans après le génocide, le Rwanda se reconstruit et soigne ses plaies. Le cyclisme est un des facteurs importants de sa réconciliation.

 

Court-métrage de Denis Chabroullet (2011 - 26 minutes couleur)

 

 

 

 

 

-> Marabout, bout d'ficelle

 

Le Sénégal, en pleine mutation, organise contre vents et marées un un Tour cycliste sans grands moyens, mais avec la volonté et la hargne de

la passion.

 

Court-métrage de Denis Chabroullet (2007 - 26 minutes couleur)

Notre approche...

 

S'intéresser au monde en sortant des sentiers battus, donner un sens à sa vie en allant

au delà de son propre quotidien pour comprendre ce monde qui va.

Il y a le besoin d'observer, de rencontrer d'autres cultures. 

Loin de notre vanité occidentale, de nos évènements

planétaires envahis par l'argent et la manipulation des masses ;

nous allons avec nos modestes moyens filmer, enregistrer, surprendre sur les routes

et les bords de routes des hommes et des femmes aux réactions souvent

loin de nos racines mouillées d'un engrais âpre et destructeur.

Parcourir les pistes, derrière des coureurs

d'un autre monde est passionnant.


Tous ces films seront suivis d'une rencontre avec le réalisateur et d'un atelier de pratique théâtrale avec les élèves des collèges de Lieusaint.


LE 18 AVRIL À 18H30

Percussions, Théâtre et cordes à sauter

Evoquer les pratiques sportives avec l'oeil du metteur en scène Denis Chabroullet, c'est avant tout faire parler le corps en jouant avec les

codes et les ustensiles du sport : sifflets, ballons, cordes à sauter... Accompagné par Olivier Hestin, batteur et percussionniste, les 32 élèves de

la classe sport de Dammarie-les-Lys

ont passé quelques heures d'immersion théâtrale pour tenter de parler autrement du sport.

Une restitution de la seconde sport du lycée Joliot Curie de Dammarie-les-lys est prévue.

 (entrée libre sur réservation)

Good luck Algeria                                À 20H30

Sam et Stéphane, deux amis d'enfance, conçoivent avec passion des skis haut de gamme. Soumise à une rude concurrence, leur entreprise est en péril.

 

Pour sauver, ils se lancent dans un pari fou : qualifier Sam aux Jeux Olympiques pour l'Algérie, le pays de son père.

 

Au-delà de l'exploit sportif, ce défi improbable va pousser Sam à renouer avec ses racines.

 

Le personnage est incarné avec une tonne de tendresse par Bouchakor          Chakor Djaltia. 


Film de Farid Bentoumi

(2015 - 90 minutes - France - couleur)

Avec Sami Bouajila, Franck Gastambide,

Chiara Mastroianni, Hélène Vincent, Bouchakor Chakor Djaltia

Résultat de recherche d'images pour "good luck algeria photo"


(Tarif unique de 5 euros - gratuit moins de 12 ans)

Possibilité de restauration légère au bar du Magic à partir de 19h30


Teaser



Extrait de tournage



Pour toutes vos réservations :

cecilemezzanine@gmail.com

09 67 25 51 06

 

Plus d'infos à LA MARGE: 37 Avenue Pierre Point

77 127 - LIEUSAINT